Accord culturel entre les Communautés

Accord culturel entre les Communautés

J’ai interrogé la Ministre de la Culture au sujet des projets déposés et retenus dans le cadre de l’accord culturel entre les deux Communautés.

Voici notre échange:

Isabelle Emmery – En 2012, la Communauté flamande et la Communauté française ont conclu un accord pour plus de coopération dans le domaine de la culture. Dans le cadre de cet accord, vous avez lancé il y a quelques mois avec votre homologue néerlandophone, Sven Gatz, un appel à projets visant à encourager de nouvelles initiatives entre associations et artistes des deux côtés de la frontière linguistique, dans les secteurs culturels au sens large.

Une enveloppe de 150 000 euros a été dégagée pour de nouveaux projets devant rassembler au moins un opérateur de chaque Communauté avec un subside de 10 000 euros maximum par projet. Les dossiers devaient être introduits avant le 15 janvier 2016 et ont fait l’objet d’une analyse par la plateforme de coopération mise en place pour accompagner l’exécution de l’accord.

Madame la Ministre, quel est le nombre de projets déposés ? Combien en a-t-on retenu et lesquels ? Sur la base de quels critères ont-ils été sélectionnés ? Certaines thématiques culturelles se sont-elles démarquées dans le cadre de ces projets ? Quel est le délai entre la sélection du projet et l’octroi du subside ?

Les projets non retenus bénéficieront-ils néanmoins d’un suivi destiné à améliorer le contenu ou la présentation du dossier en vue d’une prochaine édition ? En effet, ils étaient peut-être intéressants même si leur présentation n’était pas conforme.

Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance – Le 16 mars, mon homologue, Sven Gatz, et moi-même avons rendu publique la liste des projets sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets lancé le 26 octobre. Ce dossier a fait l’objet d’une excellente gestion de la part des deux administrations. Nonante-quatre demandes ont été introduites, ce qui constitue un franc succès pour une première édition. La plateforme de coopération qui a été créée est soudée et active.

Les critères de sélection sont issus du règlement de l’appel à projets. Aux critères formels, nous avons ajouté des critères de contenu : originalité, diversité artistique, priorité aux nouveaux projets de coopération, perspective d’une collaboration durable, audience la plus large possible dans les deux Communautés, etc.

La plateforme se composait de huit personnes : deux représentants des administrations respectives, quatre représentants du secteur culturel et deux représentants de nos cabinets. Les membres du jury ont évalué chacun des nonante-quatre projets sur une échelle de 1 à 5. L’addition des points a permis d’établir un classement des projets.

Les projets reçus couvraient l’ensemble des thématiques culturelles : pratiques artistiques en amateur, musique, théâtre, poésie, centres culturels, art urbain, danse, photographie. Vingt-deux projets ont été sélectionnés, pour un budget de 160 000 euros. La subvention aux opérateurs culturels s’élevait à 5 000 ou 10 000 euros, selon l’ampleur du projet. Un délai d’un mois s’est écoulé entre la sélection des projets et l’octroi des subsides. L’accord de coopération et les projets peuvent être consultés sur www.culture.be.

Les opérateurs ont été informés par un courrier commun. Nous collaborons donc étroitement et nous nous réjouissons déjà d’organiser la deuxième édition.

Isabelle Emmery– J’étudierai les projets reçus. Pour une première édition, le nombre de dossiers déposés est très encourageant. Je note qu’un cinquième d’entre eux ont été retenus. Une analyse de la programmation devra être menée a posteriori.

Comptez-vous pérenniser le projet ?

Joëlle Milquet – Oui, bien entendu.

Les commentaires sont fermés