Appel à projets pour les centres culturels

Appel à projets pour les centres culturels

J’ai interrogé la Ministre de la Culture sur le Bilan de l’appel à projets 2017 pour les projets d’extension des centres culturels

Voici notre échange:

Isabelle Emmery  – Madame la Ministre, vous avez lancé fin juin un appel à projets intitulé «Soutien au développement d’actions spécifiques par les centres culturels». D’après son descriptif, publié sur le site du ministère, il s’agissait de soutenir des projets d’extension sans exiger un cofinancement complémentaire des autorités locales. Le montant des subventions octroyées était au minimum de 5 000 euros et au maximum de 20 000 euros. Les centres culturels ont bénéficié d’une enveloppe complémentaire de 438 000 euros du budget de la Culture. Une partie de ce montant a été consacrée à l’application progressive du décret. Le solde restant a permis le lancement de l’appel à projets.

Je voudrais vous poser quelques questions pour être sûre de bien comprendre l’utilisation et l’affectation des moyens en 2017, mais aussi en 2018.

Combien de centres culturels ont-ils déposé un projet?
Quels sont les lauréats de l’appel à projets?
Quel est le montant total qui a été attribué aux différents bénéficiaires?
Comment le reliquat des 438 000 euros a-t-il été utilisé?
S’agissait-il d’un soutien exceptionnel pour 2017 ou une possibilité de pérennisation est-elle envisagée?
Si tel est le cas, l’enveloppe hors application du décret en 2018 sera-t-elle exclusivement réservée aux lauréats de l’appel à projets de 2017?
Enfin, une évaluation de cet appel à projets est-elle programmée?
Les associations professionnelles y seront-elles associées?

Alda Greoli, vice-présidente et ministre de la Culture et de l’Enfance – Madame, les projets devaient répondre à plusieurs conditions. Ils devaient être portés par un centre culturel ayant déposé une demande de reconnaissance dans le cadre du décret du 21 novembre 2013 ou l’ayant déposé au plus tard le 15 septembre 2017. Deuxièmement, ils devaient faire partie de l’actuel contrat-programme et du dossier de demande de reconnaissance du centre culturel ainsi qu’être justifiés par une courte note. Troisièmement, ils devaient démontrer la collaboration entre le centre culturel et la ou les communes voisines sur la base de documents probants – comme une convention de collaboration, des décisions des autorités communales ou une convention de partenariat – prouvant que les deux parties sont bien prenantes. Par ailleurs, le dossier devait donner les garanties d’un encadrement du projet par les animateurs du centre culturel et par ses partenaires culturels professionnels.

Mon administration a reçu huit dossiers répondant à cet appel à projets et sept remplissaient correctement ses critères. Il s’agit des centres culturels de Berchem-Sainte-Agathe, d’Ath, de Jodoigne, du Pays des Collines, de Stavelot, de Spa Jalhay-Stoumont et de Verviers. Les subventions ont donc été octroyées à ces organismes pour le développement d’actions transcommunales spécifiques pour un montant total de 126 250 euros, uniquement pour 2017.

L’appel à projets était constitué du reliquat des 438 000 euros utilisés pour financer l’application du décret du 21 novembre 2003. Je rappelle qu’un premier train de reconnaissance pour les centres culturels de Fosses, de Leuze, de Jodoigne, d’Ath, de Colfontaine, d’Ittre, d’Aubange, ainsi que pour celui du Brabant wallon, était passé. Ils avaient obtenu l’augmentation des 20 % de la subvention accordée aux organisations représentatives d’utilisateurs agréés (ORUAS) dès cette année et jusqu’en 2021. Chaque centre culturel bénéficiant d’un financement supérieur à 83 000 euros a bénéficié d’une augmentation de 20 %. Les centres sous ce plafond seront financés progressivement pour atteindre les 100 000 euros.

Il fallait donc déduire de cette enveloppe de 438 000 euros les financements de la mise en application de la première tranche pour les centres culturels que j’ai cités. Ensuite, une partie de ce montant a servi à subventionner l’augmentation de 20 % des ORUA et une autre partie pour celle de 20 % des centres bénéficiant de subventions entre 83 000 euros et 100 000 euros. In fine, il restait une enveloppe de 126 000 euros et je me suis engagée à octroyer l’entièreté de l’enveloppe des 438 000 euros aux centres culturels. C’est pour cette raison que j’ai lancé cet appel à projets afin de mieux soutenir les centres qui ont travaillé en collaboration avec plusieurs communes plutôt que d’axer par exemple sur les spécialisations.

Isabelle Emmery  – Madame la Ministre, comptez-vous renouveler cet appel à projets ou était-ce un reliquat du budget de 2017 que vous souhaitiez réaffecter au secteur?

Alda Greoli – C’est effectivement un seul appel à projets pour vider l’enveloppe telle que je m’y étais engagée. Nous verrons l’année prochaine si des reliquats subsistent malgré les tranches supplémentaires prévues.

De toute façon, aucun autre organisme que les centres culturels ne bénéficiera de ce budget.

Isabelle Emmery  – Je plaide toujours pour un financement structurel. Répondre à des appels à projets est toujours difficile pour les institutions…

Alda Greoli– … voulez-vous que je garde cet argent?

Isabelle Emmery  – Certes non, mais ce genre d’opérations ne devrait pas se répéter.

Les commentaires sont fermés