Bruxelles Capitale européenne de la culture

Bruxelles Capitale européenne de la culture

J’ai interrogé la Ministre de la Culture sur l’annonce de la candidature de la Région de Bruxelles-Capitale comme Capitale européenne de la culture 2030.

Voici notre échange:

Isabelle Emmery – Madame la Ministre, lors du Brussels Creative Forum, au début de septembre, le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale a annoncé la future candidature de Bruxelles comme capitale européenne de la Culture en 2030. Ce titre représente une occasion formidable pour le développement culturel, touristique et économique d’une région. Même si cette candidature ne doit être déposée qu’en 2024, un tel projet nécessite un travail important en amont avec l’appui, notamment, des services de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Madame la Ministre, à la suite de cette annonce officielle, des contacts ont-ils déjà été pris entre vous et le ministre-président de la Région bruxelloise afin de travailler de concert sur les initiatives culturelles qui seront développées dans les prochaines années à Bruxelles, afin de maximiser les chances pour notre capitale d’être sélectionnée?

Le ministre Rachid Madrane étant chargé de la promotion de l’image de Bruxelles en Fédération Wallonie-Bruxelles, avez-vous déjà également évoqué ce dossier avec lui? Le gouvernement de la Fédération a-t-il déjà pris position?

Selon vous, quels sont les domaines culturels qui devraient être mis davantage en avant pour le dépôt de la candidature? De quelle manière vos services peuvent-ils collaborer activement avec la Région à court et moyen terme sur ce dossier pour valoriser le travail de nos artistes?

Mme Alda Greoli, vice-présidente et ministre de la Culture et de l’Enfance. – Pour être franche, j’ai découvert comme vous cette annonce dans les médias. Sachez toutefois que ce point a été inscrit à l’ordre du jour de la Conférence interministérielle (CIM) de ce 30 septembre par le ministre-président de la Région bruxelloise. Sven Gatz et moi l’avions invité puisqu’il ne fait pas partie de la CIM Culture et puisqu’il y avait des enjeux culturels importants. Nous verrons s’il dépose sa candidature pour faire dorénavant partie de cette CIM. Il est donc venu nous exposer ses intentions dans ce cadre-là.

Comme vous l’avez souligné, 2030, ce n’est pas demain et le dépôt des candidatures aura lieu en 2024. La précipitation n’est pas de rigueur.

Sur le principe, il me semble évident qu’une collaboration pleine et entière devra avoir lieu entre les différents niveaux de pouvoir concernés. Je me permets de rappeler que c’est le gouvernement fédéral qui porte les candidatures, que ce sont les Communautés qui sont responsables de la coordination de ces projets sur la base de leurs compétences culturelles, et que ce sont les villes qui sont candidates.

Cette candidature doit évidemment faire l’objet d’une coordination entre les différentes compétences concernées par ce dossier qui relève du pouvoir fédéral, de la Communauté et de la ville. Par ailleurs, je trouve que cette idée est tout à fait intéressante et importante. La ville de Bruxelles ou les communes bruxelloises, si c’est la Région de Bruxelles-Capitale qui pose sa candidature, auraient intérêt à ce que les deux ministres communautaires de la Culture soient les coordinateurs et les porteurs du projet.

(…)

Isabelle Emmery – Je n’ai pas du tout la même interprétation de votre réponse, Madame la Ministre. Ce n’est pas de l’agacement que j’y perçois, mais plutôt un souhait de réunir toutes les bonnes volontés pour arriver à faire aboutir ce dossier. Il est vrai que la précipitation n’est pas toujours une bonne conseillère, mais je crois que, pour un tel dossier, nous devrons nous donner du temps. La candidature doit être déposée en 2024 pour être capitale de la Culture en 2030. Certes, rien ne sert de courir, il faut partir à point, comme la fable de La Fontaine le dit.

Quant au ministre Vervoort, je ne suis pas ici pour le défendre, mais je retiens de son annonce le volontarisme dont il fait preuve pour mener ce dossier à bonne fin.

La CIM s’est engagée. Je lui souhaite bon vent ainsi qu’à ce projet, que vous prendrez sans nul doute à bras-le-corps, Madame la Ministre.

Les commentaires sont fermés