Collaboration entre le Musée juif et l’Espace Magh

Collaboration entre le Musée juif et l’Espace Magh

J’ai interrogé la Ministre de la Culture au sujet de la collaboration entre le Musée juif et l’Espace Magh

Isabelle Emmery   – En mai  2014, le Musée juif  de Belgique fut le théâtre d ’ un  attentat sans précédent en Belgique. Depuis lors,  ces événements tragiques se sont malheureusement répétés dans notre capitale. À Bruxelles,  comme dans la plupart des villes touchées par les  attentats, un des risques qui en  découlent est le  repli communautaire ,  et c ’ est là que la culture  prend tout son sens .

Afin de rassembler les communautés dans un  projet culturel commun, le Musée juif, toujours  vide en raison des  travaux, mais qui organise de  nombreuses activités hors de ses murs, et l ’ Espace  Magh, qui a toujours prôné l ’ ouverture vers le  public, quelle que soit son origine ,  ont décidé de  s ’ unir autour d ’ un projet commun qui consiste à  proposer une exposition de photographies réalisées par des jeunes issus du quartier des M arolles  et une représentation du one man show intitulé « Je  suis  belge  mais ça ne se voit pas » de l ’ humoriste  Richard Ruben. Il s ’ agit d ’ une collaboration hautement symbolique, une façon de montrer l ’ union  de toutes les communautés bruxelloises.

Dès ce 26  avril, l ’ exposition de photographies intitulée  Les Marolles à l’image de Cartier – Bresson est accessible à tous les publics, avec une  seule philosophie prônée par ces deux institutions:  l ’ ouverture vers les autres. Les objectifs d ’ une  telle initiative sont  de casser les stéréotypes et  préjugés pseudo – raciaux ou culturels et  d’ essayer  d ’ attirer un nouveau public multiculturel.

Madame la Ministre, la Fédération Wallonie – Bruxelles est – elle associée à cette initiative?
Ce  projet a – t – il bénéficié de l ’ appui de votre cabinet  et d ’ un soutien financier émanant de la Fédération  Wallonie – Bruxelles?
D ’ autres projets culturels ancrés dans les  échanges entre les communautés sont – ils soutenus  par le service de la Culture?
J ’ aimerais que vous  puissiez filtrer les initiatives et voir si cette dimension peut devenir transversale à un certain  nombre de programmes.

Cette initiative est également l ’ occasion de  revenir sur l ’ état de sécurisation du Musée juif. À  la suite des attentats, des moyens supplémentaires  avaient été prévus pour des travaux de réaménagement complet, avec des espaces modernes, sécurisés et mieux adaptés. Où en sont actuellement  les travaux supervisés par vos services?
Par ailleurs, le projet scénographique du musée a également été modifié à la suite des attentats , avec une approche multiculturelle bien  décidée à rassembler les communautés juive et  musulmane. La Fédération Wallonie – Bruxelles a – t – elle été consultée et a – t – elle participé à  l ’ élaboration de cette nouvelle approche?

 Alda Greoli  – Les deux  institutions sont soutenues structurellement par la  Fédération dans cette mission essentielle de partenariat et de promotion de la multiculturalité. Le  Musée juif de Belgique est reconnu en catégorie B et donc doté annuellement de 148 000 euros.  L ’ Espace Magh l ’ est en tant que centre de création  et de diffusion multidisciplinaire et reçoit 845 000  euros par an.

L ’ exposition  Les Marolles à l’image de Cartier – Bresson faisant partie de la programmation  des deux institutions est soutenue via leur convention. La symbolique de ce projet est forte , comme  l ’ est le fait de considérer ce type d ’ activités  comme  faisant partie intégrante des missions de  base de deux opérateurs et non comme un événement extérieur.

La liste exhaustive des projets œuvrant directement ou indirectement dans ce domaine ne peut  être dressée étant donné son importance. De nombreuses associations conventionnées participent à  cet  objectif, car les décrets impulsent ce mouvement d ’ ouverture et de partage. À titre d ’ exemple,  les musées reconnus ont notamment pour mission  de développer une approche dynamique des publics socialement et culturellement défavorisés et  doivent collaborer avec d ’ autres institutions , dont  celles à finalité sociale. Il  est indispensable de  saluer le travail patient et continu de nos associations, qui me tient particulièrement à cœur, souvent accompli loin des projecteurs médiatiques et  dont l ’ ampleur est généralement sous – estimée.

En ce qui concerne la sécurisation du Musée  juif de Belgique, à la suite du tragique attentat  du 24 mai 2014 dont il fut la cible, la Fédération a  décidé de lui octroyer une subvention totale de  54 210 euros pour renforcer le personnel de sécurité et pour l ’ achat d ’ équipement. Le musée est  actuellement fermé, les travaux de rénovation  devant débuter sous peu. Le matériel acquis reste  en activité pour la protection du personnel. La  nouvelle infrastructure intégrera structurellement  les impératifs de sécurité. L ’ aide ponctuelle octroyée à cette fin ne sera donc plus nécessaire.

Je vous confirme que mes services sont régulièrement tenus au courant de l ’ avancée du projet  scénographique multiculturel visant à rassembler  les communautés juive et musulmane. Il s ’ est  écoulé quelques années entre le choix  de  l ’ architecte, les différents projets et épures et  l ’ octroi des permis. Nous sommes actuellement en  présence de deux légitimités: celles des architectes  ayant répondu à la demande initiale et celle d ’ un  opérateur dont l ’ approche scénographique a évolué.  Le Service général du Patrimoine et celui des  Infrastructures culturelles organiseront prochainement une réunion avec les différents porteurs du  projet. Il est vraisemblable que tous s ’ accordent  sur la finalité: faire  en sorte  que le Musée juif , entièrement rénové , puisse assumer pleinement sa  mission culturelle et son ambition de rapprocher les communautés dans les meilleurs délais.

Isabelle Emmery   – Vous confirmez donc que la modification de l ’ approche scénographique après les attentats ne présente pas  de difficulté. Vous évoquez une prochaine réunion.

Alda Greoli  – Une réunion  va en effet avoir lieu, ce qui donnera aux parties  l ’ occasion de se parler. Cela devrait se passer sans  problème.

Isabelle Emmery – Je vous r emercie pour ce message positif

Les commentaires sont fermés