Moving cities Brussels

Moving cities Brussels

Dans le cadre du Devoir de Mémoire

A tous ceux qui ont été poussés à l’exil par les crises humanitaires, les guerres, les drames sociaux…

« ILS SONT JEUNES, ils sont Belges, ils photographient l’actualité du monde. Les crises humanitaires, les guerres, les drames sociaux se dévoilent grâce à leur regard, toujours à l’affût. Le temps de quelques jours, Cédric Gerbehaye, Loïc Delvaulx et Gaël Turine se sont plongés dans la réalité de Bruxelles, capitale multiculturelle. Un travail réalisé dans le cadre du projet « Villes en scène » du Théâtre National. Leurs images seront exposées à partir de ce mercredi dans le hall de son bâtiment, boulevard Jacqmain à Bruxelles. Et dans des stations de métro. »


Vernissage de l’exposition de photos « Moving cities Brussels » , Regard sur la multiculturalité à Bruxelles.
Le vendredi 16 janvier, à 19h
Exposition visible jusqu’au 4 février.
Maison des artistes – Rue du Bronze n° 14 à Anderlecht

Mon discours prononcé lors du vernissage:

Monsieur le Bourgmestre, Monsieur l’Echevin, mesdames et messieurs en vos titres et qualités, chers amis de la Maison des Artistes,

La section anderlechtoise de la Fédération Nationale des Combattants, que j’ai l’honneur de présider, organise tous les ans un ou plusieurs événements dans le cadre du devoir de mémoire. Est-il nécessaire de rappeler, notamment, le travail réalisé sur la Shoah et plus particulièrement sur les enfants cachés, l’exposition et le concert sur le génocide Arméniens, la projection-débat sur le génocide Rwandais, la projection-débat sur les collaborations durant la seconde guerre mondiale avec le film « Modus operandi » de Hugues Lanneau en présence de son producteur Willy Perelsztein, la projection-débat du film « La couleur du sacrifice » de Mourad Boucif en sa présence et précédé de visite d’écoles anderlechtoises au cimetière et au musée de Chastre , la pièce de théâtre et l’exposition sur la guerre civile en Espagne et l’an dernier, au mois de mai, l’exposition « Mémoire de pierres » de Philippe Elias (exposition que vous pouvez à nouveau découvrir à la Maison de la Laïcité ces jours –ci) , précédée ou suivie de visites d’écoles anderlechtoises au « Flanders Fields Museum » d’Ypres et aux « Couloirs de la mort » à Dixmude.

Aujourd’hui, je souhaite attirer l’attention sur tous ceux qui ont été poussés à l’EXIL par les crises humanitaires, les guerres, les drames sociaux. C’est ainsi que j’ai le privilège de vous proposer les œuvres de trois artistes belges au regard affuté. Trois artistes qui photographient l’actualité du monde. Il s’agit bien entendu de Gaël Turine, que nous avons déjà eu le plaisir d’accueillir à Anderlecht dans le cadre d’une exposition organisée par Escale du Nord et le CPAS, de Cédric Gerbehaye qui a obtenu plus d’un prix pour son travail réalisé principalement au Congo et au Middle East et de Loïc Delvaux qui a notamment participé au projet Nadaar, une exposition et publication sur le monde pluriel de Bruxelles et sa population en 2010.

Tous les trois ont « traqué » les visages complexes de la diversité sur des axes-clés de la ville identifiés et choisis par des groupes de citoyens accompagnés par Bruxelles-Laïque.
L’exposition « Moving cities » que je vous présente ce soir est le volet du projet « Villes en scènes » du Théâtre National soutenu par le programme Culture de l’Union Européenne. Ce projet regroupe 6 villes européennes : Göteborg, Madrid, Naples, Paris, Sibiu et, bien entendu Bruxelles. Moving Cities est construit sur le désir de la circulation des idées, des témoignages et des œuvres mais également sur la volonté de partager les expériences qui permettront d’inventer une multiculturalité ouverte et incluante. C’est pourquoi ce projet associe étroitement les habitants de la ville au processus de création renforçant ainsi le lien entre la création artistique et la citoyenneté. Il interroge les défis contemporains des villes et les réalités de l’Europe d’aujourd’hui, explore les thématiques de la migration, de la diversité, de la mixité.

C’est dans ce cadre que  Gaël Turine s’est penché sur les Roms à l’ULB ; il y a retrouvé le même sentiment de détresse proche de la perdition qu’à Sao Paulo;

que Cédric Gerbehaye s’est lui penché sur l’axe Nord-Midi, liaison par train, tram ou à pieds de ces deux points qui permet la rencontre de gens d’origines diversifiées dans une situation identique;

Tandis que Loïc Delvaux s’est attaché au quartier Dansaert qui a tendance à le gentryfication et illustre les mutations de la ville.

Je remercie monsieur Fabrice Cumps, Echevin chargé de l’Enseignement et des Beaux-Arts, ainsi qu’Escale du Nord. Sans eux cette exposition n’aurait pu se concrétiser.
Mais avant de vous proposer de prendre le verre de l’amitié et d’échanger vos impressions tout en parcourant l’exposition, je souhaite encore vous dire, qu’à l’instar de Stéphanie Mangez de la Compagnie MAPS, je crois aux vertus du théâtre à l’école et aux collaborations entre les artistes et les pédagogues. C’est pourquoi, en collaboration avec Escale du Nord, nous avons programmé, pour 4 représentations, le spectacle « Exils 1914 », l’histoire d’Angolo, soldat congolais venu « crever » dans les tranchées de l’Yser. Chaque représentation sera suivie d’un échange-débat.

Merci de votre attention. Excellente soirée à toutes et à tous.

Les commentaires sont fermés