Projet Citydev à Anderlecht

Projet Citydev à Anderlecht

J’ai interpellé le  Ministre à la Région de Bruxelles-Capitale, en charge de l’emploi et de l’économie concernant le projet de Citydev sur le site de la rue des Bassins à Anderlecht.

Voici notre échange:

Isabelle Emmery –  La presse a récemment rapporté que citydev.brussels avait décidé de lancer un grand projet sur le site du chocolatier Leonidas rue des Bassins dans la commune d’Anderlecht. Un accord sur l’acquisition de ce dernier serait sur le point d’aboutir. Il est question d’une transaction d’une valeur de 4 millions d’euros. Selon la presse, ce projet permettra de faire revivre le site industriel – où il ne se passait plus grand-chose depuis un certain temps déjà – et d’inscrire sa reconversion dans le cadre plus large de la revitalisation de la zone du canal.

Il faut se féliciter de cette initiative qui participe également à la lutte contre les friches industrielles sur notre territoire exigu et de l’effort qu’elle constitue en faveur de la mixité urbaine où crèches, logements et même un espace vert trouveront leur place. Mais, en l’occurrence, c’est la question de l’espace pour les PME et les commerces qui m’intéresse le plus dans cette commission.
Pendant une période estimée à environ trois ans, nécessaire pour l’obtention des permis, le site serait confié à titre précaire à un gestionnaire chargé d’y installer des ateliers d’artistes et des locaux pour les formations pour les jeunes. Cela a aiguisé ma curiosité à deux titres, en tant qu’Anderlechtoise, mais aussi en tant que membre de la commission de l’Économie.

Confirmez-vous les informations relayées par la presse sur ce projet de citydev.brussels et l’occupation éphémère du site ? Le cas échéant, pouvez-vous développer plus amplement les contours du projet de développement programmé pour l’avenir ? Quels types de commerces et d’entreprises souhaiteriez-vous y attirer ? Quel serait leur nombre ? Quelle superficie leur serait-elle consacrée ?
Qu’en est-il de la gestion à titre précaire du site dans un premier temps ? Disposez-vous d’éléments d’informations sur les futures activités artistiques qui s’y dérouleraient ? Qui organiserait la formation des jeunes ?

Didier Gosuin, ministre.- Citydev.brussels confirme en effet avoir un accord pour l’acquisition du site de Léonidas situé rue des Bassins et rue Prévinaire à Anderlecht. Il existe un accord entre les deux parties sur le prix de 4.500.000 euros et l’intervention de Léonidas dans l’assainissement du site à hauteur de 300.000 euros. L’acte de vente n’est cependant pas encore signé.
Cette acquisition a fait l’objet d’une consultation préalable de la commune et de l’équipe du maîtrearchitecte. Il s’agit d’un projet de développement global de 21.000m², à savoir 3.500m² d’activités économiques, 750m² d’horeca, 750m² d’infrastructures de proximité et 16.000m² de logement. Le tout agrémenté d’un espace public de 2.500m² et de 3.000m² d’espaces semi-privatifs réservés aux habitants.

Il s’agit donc d’un projet de mixité urbaine de taille exemplaire dans une partie de la commune, qui fera le lien entre le quartier existant et les futurs développements privés autour du bassin de Biestebroeck.

En ce qui concerne l’occupation précaire du site, une confusion semble exister. Si la volonté de citydev.brussels est bel et bien de l’utiliser de façon éphémère, le projet d’occupation Citygate auquel vous faites allusion et qui est coordonné par la société Entrakt, concerne, lui, le site du 152 rue des Goujons, acquis fin 2015.

Je mets à votre disposition le projet global retenu par le conseil d’administration de citydev.brussels fin mai suite à un appel à projet.

La volonté de citydev.brussels est d’utiliser le site de Léonidas de façon temporaire en attendant sa transformation mais, à ce stade, aucune décision n’a été prise, le site n’étant pas encore propriété de citydev.brussels au sens juridique du terme. A priori, la piste de l’utilisation à des fins économiques est en ce moment privilégiée.

Isabelle Emmery – J’entends que les choses doivent encore être précisées, notamment s’agissant du gestionnaire précaire.
Je vous interrogerai donc à nouveau sur ce dossier.

 

Les commentaires sont fermés