Rencontre des associations culturelles

Rencontre des associations culturelles

En séance plénière au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, j’ai interrogé Joëlle Milquet, ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance, sur sa rencontre avec des associations culturelles en marge des Magritte

Mme Isabelle Emmery – Madame la ministre, en marge de la cérémonie des Magritte du cinéma, vous avez rencontré les associations représentatives du secteur artistique qui ont profité de l’événement pour exprimer leur inquiétude pour leur statut de plus en plus mis à mal et aux restrictions budgétaires fédérales qui frappent la culture. D’après la presse, à l’issue de cette rencontre, une cellule allait être créée pour repenser le statut d’artiste. Depuis le mois d’octobre et votre rencontre avec le directeur de l’Onem, les associations d’artistes et le Guichet des arts, comment avez-vous avancé concrètement dans la révision du statut d’artiste ? Quels sont les résultats de vos concertations ? Quel est le calendrier pour la suite ? Vous avez annoncé à plusieurs reprises une rencontre avec le ministre de l’Emploi, fin janvier. Cette réunion a-t-elle eu lieu ? Quelle position, quelles pistes concrètes avez-vous défendues ? Quid de cette fameuse commission « Artistes » et de votre volonté de redéfinir le statut de l’artiste ?

Mme Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance. – Suite aux réunions avec les représentants de l’Union des artistes, du Réseau des arts et des représentants du secteur artistique et des intermittents, nous avons organisé des rencontres avec l’Onem pour demander de relancer la commission de concertation afin d’expliquer les différents problèmes d’interprétations des textes.

J’ai également rencontré le ministre Peeters il y a une semaine et nous avons décidé de mettre en place un groupe reprenant des représentants du niveau fédéral et des communautés afin d’améliorer la compréhension des différents textes législatifs et le statut des intermittents.

Une réunion est prévue ce jeudi entre les néerlandophones et les francophones afin d’amener des propositions concrètes, parfois sous forme juridique, et d’entamer des négociations au niveau fédéral, de sensibiliser le premier ministre et le ministre de l’Emploi lors d’une rencontre commune.

Mme Isabelle Emmery – Je me réjouis de l’avancée du dossier, de la concertation et de la mise sur pied d’un groupe de travail réunissant les communautés et qui, je l’espère, sera entendu par le ministre fédéral.

Je voudrais attirer l’attention de la ministre sur le fait qu’il ne s’agit pas uniquement d’un problème d’interprétation des textes.

Les intermittents, très présents dans le secteur artistique, sont dans un No Mans’Land juridique. Ils ne sont parfois ni chômeurs, ni employés, ni salariés et ce flou juridique est plus important que le problème de l’interprétation des lois. J’attire votre attention, madame la ministre, sur l’évolution du secteur du travail qui nous plonge dans une situation floue ne permettant plus à certains de bénéficier de droits qui leur seraient dus.

 

Les commentaires sont fermés