Accueil des migrants en FWB

Accueil des migrants en FWB

J’ai interpellé le Ministre-président sur les moyens déployés par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’accueil et l’intégration des migrants et soutiens aux associations du secteur associatif.

Voici notre échange:

Isabelle Emmery  – Voici une dizaine de jours, une intervention musclée de la police menée au siège de l’association Globe Aroma s’est soldée par l’arrestation de sept personnes dites «sans-papiers». À la suite de cet événement, plus de 200 organisations ont adressé un courrier au Premier ministre témoignant de leur indignation face à la politique d’intimidation à l’égard des associations qui travaillent ou soutiennent les sans-papiers. Je partage pleinement cette indignation.

Au sein de notre Fédération Wallonie-Bruxelles, les institutions et associations sont nombreuses à œuvrer avec un public divers et varié, dont des sans-papiers. En 2016, le gouvernement avait présenté un plan ambitieux, couvrant l’ensemble des compétences communautaires, pour favoriser l’accueil et l’intégration des sans-papiers et des migrants.

Monsieur le Ministre-Président, comment comptez-vous rassurer le secteur associatif, afin qu’il puisse poursuivre sereinement son magnifique travail auprès des sans-papiers? Par ailleurs, où en est le travail mené par la Fédération Wallonie-Bruxelles en faveur de l’accueil et l’intégration des migrants?

Rudy Demotte, ministre-président – Madame la Députée, votre question nous plonge au cœur d’un débat d’une actualité brûlante qui bouscule nos valeurs. Je parle des valeurs héritées que nous avons héritées des droits de l’Homme et du siècle des Lumières et qui postulent que nous devons accueillir les personnes en détresse avec bien davantage que de l’empathie, en leur accordant une place dans notre société.

Ce qui s’est déroulé lors de cette descente de police que je peux qualifier de brutale, au siège d’une ASBL, ne peut que nous choquer, dès lors que cet organisme a pour fonction d’œuvrer au rapprochement des cultures, de permettre l’intégration. Le but de cette ASBL est bien celuil-à et nul autre.

Globe Aroma ASBL a été l’objet d’une intervention visant à vérifier un certain nombre de choses. Si nous pensons aux questions de légalité, aux respects des lois sociales, à l’organisation générale des ASBL, nous pouvons le comprendre, car il est légitime que ces aspects fassent l’objet d’une vérification. Toutefois, en filigrane et même explicitement, c’est la question des sans-papiers qui motivait la démarche, avec l’objectif d’intimider toutes les autres structures. Je ferai donc une distinction entre le contrôle effectué sur une ASBL – et j’insiste ici sur son instrumentalisation – et les usagers de cette même ASBL. Un des dangers de cette situation est bien de générer une peur générale auprès de toutes les structures qui œuvrent aujourd’hui à l’intégration. Le paradoxe serait total: nos missions préventives – nous ne sommes pas là pour exercer une surveillance excessive – seraient obérées par cette crainte.

Avec M. Madrane, notre action pour accueillir des jeunes d’origine étrangère, les mineurs étrangers non accompagnés (MENA) notamment, est remarquable. Avec Mme Simonis, notre volonté de favoriser l’apprentissage du français, facteur important d’intégration, fait figure d’exemple; nous sommes très offensifs sur ce terrain où nous avons peut-être été un peu plus timorés par le passé. Ce que nous faisons, avec Mme Schyns, dans le domaine de l’enseignement, par le biais des dispositifs d’accueil et de scolarisation des primo-arrivants (DASPA) est également renforcé par des moyens supplémentaires, grâce au concours de M. Flahaut.

Nous n’avons donc pas à rougir de notre politique et nous pensons que ces valeurs méritent d’être défendues!

Isabelle Emmery  – Je suis très heureuse de vous entendre remettre les pendules à l’heure. Vous parlez d’instrumentalisation de ces contrôles soi-disant sociaux et vous avez raison. C’est bien de cela qu’il s’agit!  Je me réjouis également de vous entendre souligner que notre excellent travail préventif est compromis par l’attitude du gouvernement fédéral qui s’emploie à détricoter notre action. Cette option destructrice ne mène à rien.

Les commentaires sont fermés