Année européenne du patrimoine culturel

Année européenne du patrimoine culturel

J’ai interpellé la Ministre de la Culture sur le lancement de l’Année européenne du patrimoine culturel en Belgique.

Voici notre échange:

 

Isabelle Emmery  – Le 31 janvier 2018, vous avez participé au lancement en Belgique de l’Année européenne du patrimoine culturel, en présence du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Ce dossier avait d’ailleurs été évoqué lors de la commission conjointe avec le Parlement flamand.

L’Année européenne du patrimoine culturel vise à sensibiliser les citoyens à l’importance économique et sociale de notre patrimoine. Des milliers d’initiatives et de manifestations à travers l’Europe permettront d’impliquer des citoyens de tous les horizons. L’objectif est d’atteindre le public le plus large possible, en particulier les enfants et les jeunes, les communautés locales et les personnes qui sont rarement exposées à la culture, afin de promouvoir un sentiment commun d’appartenance.

Par ailleurs, selon une récente enquête, huit Européens sur dix pensent que le patrimoine culturel est important non seulement pour eux, individuellement, mais aussi pour leur communauté, leur région, leur pays et l’Union européenne dans son ensemble.

Madame la Ministre, quel était le programme de cette journée de lancement?
Quelles initiatives culturelles en découleront?
Quelles sont les actions actuellement en cours permettant de valoriser le patrimoine culturel européen en Fédération Wallonie-Bruxelles?
Un appel à projets sera-t-il lancé dans le cadre de cette Année européenne du patrimoine culturel? Enfin, des fonds européens seront-ils débloqués et pourra-t-on en bénéficier concrètement?

Alda Greoli, vice-présidente du gouvernement et ministre de la Culture et de l’Enfance – Madame la Députée, le 31 janvier dernier était organisé le lancement de l’Année européenne du patrimoine culturel en Belgique, avec la Commission européenne. Après une conférence de presse, au cours de laquelle les ministres compétents dans le domaine ont présenté leur programme pour cette année 2018, était organisé un dialogue citoyen sur le thème «Notre patrimoine: quand le passé rencontre l’avenir», suivi d’un spectacle sons et lumières en 3D, «Mille reflets d’Europe», projeté sur l’hôtel de ville de la Grand-Place de Bruxelles.

La Communauté française prend une part active à cette année exceptionnelle. Parmi les initiatives, citons le concours de photographie «Zoom sur le patrimoine!», ainsi que la labellisation – initiative de tous les pays membres – des expositions de prestige, de diverses publications, des œuvres visant à sensibiliser au patrimoine culturel et de celles mettant à l’honneur le numérique et le cinéma.

Ces informations sont disponibles sur le site www.culture.be et seront relayées tout au long de l’année, par le biais des différents canaux de communication du ministère. Par ailleurs, en ce qui concerne la labellisation, les États membres de l’Union européenne sont invités par la Commission européenne à labelliser les activités et les initiatives contribuant à réaliser un ou plusieurs des objectifs tels qu’ils ont été définis au niveau européen. La Communauté française s’associe à la Région wallonne pour procéder à cette formalisation. Les Années européennes ne sont pas des programmes de financement, mais plutôt des campagnes de sensibilisation, tant au niveau européen que national, sur un thème spécifique. Cette labellisation se traduit uniquement par l’octroi d’un logo officiel de l’Année européenne et ne donnera pas lieu à l’octroi de subventions. L’utilisation du logo permettra d’assurer une cohérence et une visibilité à l’ensemble des actions et initiatives labellisées pour les faire connaître du public.

Les activités organisées par la Communauté française ayant trait au patrimoine culturel obtiendront d’office le label. Il en sera de même pour celles organisées par les opérateurs reconnus, agréés ou subventionnés par l’une ou l’autre des autorités précitées. Tous les autres projets seront soumis à un comité de suivi qui vérifiera s’ils répondent bien aux objectifs de l’Année européenne et qui, sur cette base, prendra la décision d’attribuer ou non le label. La Communauté française n’a pas prévu le lancement d’un appel à projets spécifique dans le cadre de cette Année.

Enfin, l’Union européenne financera des projets transnationaux en faveur du patrimoine culturel, au travers de ses programmes de financement existants. Un appel spécifique pour des projets de coopération liés à l’Année a été lancé en septembre 2017, dans le cadre du programme «Europe créative». De nombreuses autres possibilités seront disponibles tout au long de l’année au sein des programmes «Erasmus +», «L’Europe pour les citoyens» et «Horizons 2020». Afin de sensibiliser le secteur, la Communauté française a organisé le 13 octobre 2017 une séance d’information au cours de laquelle les opportunités au sein des différents programmes de financement ont été présentées.

Isabelle Emmery  – Cela me semble être un beau catalogue. Espérons que cette année soit bénéfique pour notre patrimoine en Communauté française! Vous dites qu’il existe un partenariat avec la Région wallonne, qu’en est-il de la Région bruxelloise?

Alda Greoli – Figurez-vous que je me posais la même question. Je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas de partenariat avec la Région bruxelloise. Je vais creuser cette question, car Bruxelles est tout aussi importante que la Wallonie.

 

Les commentaires sont fermés