Création de l’UPAC-T

Création de l’UPAC-T

J’ai interrogé en Commission la Ministre de la Culture concernant la création d’une nouvelle association: l’Union de professionnels/professionnelles des arts et de la création – pôle travailleur/travailleuse (UPAC-T).

Voici notre échange:

Mme Isabelle Emmery (PS). – Voici quelques mois, une nouvelle association a vu le jour pendant le premier confinement: il s’agit de l’Union des professionnels et professionnelles des arts et de la création-pôle travailleurs et travailleuses (UPAC-T), créée en réponse à la crise de la Covid-19 et à son impact sur le secteur artistique, culturel et événementiel. Cette association regroupe aujourd’hui une quinzaine de fédérations défendant les intérêts des travailleurs et travailleuses de diverses disciplines artistiques: arts plastiques, audiovisuel, cinéma, arts vivants, bande dessinée, illustration, musiques.

Les principaux objectifs de l’UPAC-T sont de protéger ces personnes pendant la crise, d’améliorer leur quotidien, de sensibiliser le monde politique aux réalités du terrain, de partager les informations, de construire un véritable statut social pour les travailleurs et travailleuses des secteurs culturels. Son site internet mentionne quelques-unes de leurs actions menées pour alerter l’opinion publique et les acteurs politiques sur la situation dramatique vécue par le secteur culturel: la campagne «No culture No future» en mai dernier, la campagne «Still standing» en juin et récemment «Don’t switch off».

Madame la Ministre, avez-vous déjà eu l’occasion de travailler ou de vous concerter avec l’UPAC-T pour proposer de nouveaux protocoles en vue de la réouverture des lieux culturels? Quelle est la place de cette association dans votre dynamique de concertation structurée des secteurs?

(…)

 Mme Bénédicte Linard, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes. – Paradoxalement, la crise sanitaire que nous traversons a également des conséquences positives: la structuration du secteur culturel en est une. Je salue, à ce titre, la récente création de l’Union de professionnels/professionnelles des arts et de la création – pôle travailleur/travailleuses (UPAC-T). Cet avènement démontre, encore une fois, la réactivité des travailleurs et des travailleuses de la culture, des arts et de la création, ainsi que leur capacité à se structurer pour participer à l’élaboration des politiques qui les concernent.

Je veux ici remercier ces associations et ces fédérations professionnelles qui travaillent ensemble, au-delà des particularités sectorielles. Ces fédérations s’unissent et se concertent pour effectuer le relais des interrogations et des propositions des travailleurs et travailleuses du terrain, en particulier ici sur les questions essentielles de l’emploi.

Mes services ont pris connaissance des travaux de l’UPAC-T des groupes «Statut» et «Covid». Nous sommes à l’écoute de leur expertise et restons attentifs aux recommandations qui nous sont faites. La dynamique de travail que nous portons pour construire des solutions aux problèmes du secteur se fonde sur la concertation.

Afin que les voix des acteurs de terrains soient entendues, les fédérations sont invitées régulièrement à alimenter la réflexion sur les mesures nécessaires pour faire face à cette deuxième vague.

La plupart des fédérations réunies dans l’UPAC-T sont déjà reconnues au sein des chambres de concertation. Elles sont donc, de fait, invitées aux réunions de concertation. Je répondrai de manière positive et constructive, évidemment, à leurs futures sollicitations.

Mme Isabelle Emmery (PS). – Comme vous le dites, Madame la Ministre, la crise a parfois des retombées plus positives. Il est clair qu’un secteur qui est réactif, structuré et qui tente de se structurer encore mieux, c’est positif. Je prends acte de la réception très positive de la naissance de cette confédération. Mon collègue M. Segers a utilisé ce terme et je pense qu’il est intéressant. Savoir qu’on peut se reposer sur eux dans le futur afin d’essayer de faire mieux vivre le secteur est une excellente chose.

Les commentaires sont fermés.