Foire du livre de Bruxelles

Foire du livre de Bruxelles

J’ai interrogé en Commission la Ministre de la Culture concernant la Foire du livre de Bruxelles.

Voici notre échange:

Isabelle Emmery – La Foire du livre de Bruxelles, événement annuel qui se déroule depuis 1969, se tiendra du 14 au 17 février prochain. En 50 ans, cette gigantesque librairie au cœur de l’Europe est devenue un événement culturel majeur en Belgique francophone.

Pour cette 50e édition qui aura lieu à Tour & Taxis, les organisateurs ont décidé de mettre l’accent sur les auteurs venus de Flandre. C’est un moyen de créer une passerelle entre les Communautés du pays et de faire découvrir des écrivains de grand talent.

Madame la Ministre, votre cabinet a-t-il été consulté pour l’élaboration du programme de la Foire du livre? Quel soutien la Fédération Wallonie-Bruxelles accorde-t-elle à cet événement? Quels sont les auteurs de la Communauté francophone qui y seront mis en avant? Quelles sont les activités prévues afin de permettre aux francophones de découvrir des auteurs néerlandophones? Y a-t-il eu concertation avec votre homologue flamand à ce sujet?

(…)

Alda Greoli, vice-présidente du gouvernement et ministre de la Culture et de l’Enfance – Je vous confirme que ni moi ni mon cabinet ne sommes consultés pour valider les choix des organisateurs de la Foire du livre. Néanmoins, l’équipe organisatrice de la Foire nous informe – et c’est très bien ainsi – des choix qu’elle opère.

Je ne vais pas évoquer ici les auteurs de notre Communauté parmi les centaines d’écrivains et d’artistes qui seront présents pour des dédicaces, des rencontres ou des interventions, car vous comprendrez qu’il s’agirait pour moi d’un choix cornélien que d’en indiquer quelques-uns seulement parmi tous ceux qui seront présents.

Effectivement, vous faites bien de le souligner, Monsieur Maroy, un partenariat a été scellé entre la Foire du livre de Bruxelles et la Boekenbeurs d’Anvers. L’objectif est tout simplement de jeter des passerelles entre les artistes et les publics des deux Communautés linguistiques, mais également entre les professionnels.

Puisque vous m’interrogez tous les deux sur le dialogue avec mon homologue flamand, sachez que celui-ci demeure excellent, et vous aurez l’occasion de vous en rendre compte dans les jours qui viennent. La Communauté française était déjà l’invitée de la Boekenbeurs d’Anvers à la fin d’octobre 2018, où j’avais été conviée à l’inauguration. Je n’avais malheureusement pas eu l’occasion de m’y rendre, mais je n’avais pas manqué d’enregistrer un clip vidéo que les organisateurs ont diffusé à la soirée inaugurale. Sven Gatz et moi-même, nous nous sommes tous les deux réjouis de cette collaboration entre nos deux grands événements culturels et je ne doute pas qu’il sera présent à l’inauguration de la Foire du livre de Bruxelles.

Le soutien de la Communauté française à la Foire du livre s’élève à 80 000 euros inscrits dans une convention pluriannuelle. Depuis l’année dernière, j’ai également décidé d’octroyer une aide aux éditeurs littéraires issus de la Communauté française qui souhaitent participer à la Foire du livre. C’est donc un peu plus de 28 000 euros supplémentaires qui sont répartis entre les éditeurs francophones de notre pays afin de faciliter leur présence. De plus, pour le 50e anniversaire de la Foire du livre, nous avons financé l’exposition «1, 2, 3 … maisons: parcours dans l’édition belge francophone» à hauteur de 50 000 euros.

L’entrée à la Foire du livre de Bruxelles sera à nouveau gratuite cette année. C’est d’ailleurs un des impératifs présents dans les missions décrites dans la convention qui lie la Communauté française et la Foire du livre. L’accès à la culture reste un enjeu fondamental et j’ai dès lors préféré conclure une convention avec la Foire du livre et une convention avec les éditeurs, pour permettre aux organisateurs de la Foire du livre de pérenniser la gratuité, et aux éditeurs d’être présents.

Quant au fait que certains auteurs et éditeurs ne s’estimaient pas suffisamment mis en avant, les 28 000 euros devraient leur permettre de bénéficier d’un espace plus grand. Je peux aussi vous assurer que nous partageons un certain nombre d’objectifs avec les organisateurs de la Foire du livre de Bruxelles – l’accès au livre pour un maximum de personnes, mais également la promotion et la valorisation de nos auteurs et éditeurs. Par ailleurs, le stand de la Communauté française a essentiellement pour objectif le soutien à la valorisation de nos auteurs et éditeurs, grâce à la présence de très nombreux ouvrages, mais également par l’organisation de dédicaces, de rencontres et de conférences.

Le programme de cette année sera une nouvelle fois très chargé. Au stand de la Communauté française, un carnet de route sera distribué, où l’ensemble des activités proposées ainsi que les cordonnées des éditeurs seront indiquées. Les éditeurs jeunesse ont enrichi ce document de jeux, de textes à lire, d’illustrations et d’informations utiles. Tous les éditeurs jeunesse francophones belges ont répondu positivement à ce projet.

En outre, cette année, 25 classes d’écoles à indice socioéconomique faible ont été invitées à une balade livresque guidée par des auteurs et des illustrateurs de la Communauté française. Je tiens ici vivement à remercier l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre qui se sont investis à nos côtés et que, je l’espère, nous pourrons ainsi mettre en valeur.

Isabelle Emmery – Madame la Ministre, les relations que vous entretenez avec votre homologue flamand, dont vous vous dites satisfaite, sont positives pour nos deux Communautés. Pour autant, je ne suis pas certaine que, sans une politique volontariste stimulant la circulation des œuvres, des activités et des animations entre les Communautés, de vrais résultats se feront ressentir. Que la Foire du livre s’empare de cette collaboration entre Communautés est évidemment une bonne chose. Tout comme l’organisation de la Foire du livre de Bruxelles et de la Boekenbeurs d’Anvers, l’application prochaine de l’accord de coopération du 2 mai 2018 relatif à la mise en œuvre du prix unique du livre en Région de Bruxelles-Capitale constitue un autre motif de réjouissance et témoigne également de ces fructueuses collaborations institutionnelles.

Les commentaires sont fermés.