Les nouveaux chiens de garde

Les nouveaux chiens de garde

On pense (panse) le monde : un documentaire + un débat

Citoyenneté, engagement, participation : on peut le faire! Après la projection du film, le but est de se retrouver dans notre « bar-débat » pour une rencontre entre le public et différents intervenants (réalisateurs, conférenciers, etc). Il s’agit d’un espace d’échange d’idées, où chacun sera amené à donner son point de vue. Ces projections sont gratuites et ouvertes à tous. Que vivent les découvertes à l’Edn.bar !

LE FILM

Les nouveaux chiens de garde
Les médias modernes aiment à se proclamer « contre-pouvoir », et se vanter de leur « indépendance », se constituant en rempart de la liberté de parole et de pensée. Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir économique et politique. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.
En 1932, Paul Nizan publiait Les Chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en gardiens de l’ordre établi. Aujourd’hui, les chiens de garde, ce sont ces journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du Marché financier et gardiens de l’ordre social ultra-libéral. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dresse l’état des lieux d’une presse volontiers ignorante des valeurs de pluralisme, d’indépendance journalistique et d’objectivité qu’elle prétend incarner. Le film pointe la menace croissante d’une information pervertie en marchandise, et dénonce la collusion entre les élites politiques, médiatiques et financières, en prenant pour exemple le Club du Siècle.

LE DEBAT

EN PRÉSENCE DE: Béatrice Delvaux, rédactrice en chef du grand quotidien francophone Le Soir et d’Alexandre Penasse, rédacteur en chef du journal bimestriel indépendant Kairos
Nous nous demanderons, notamment, si la presse mainstream aujourd’hui exerce toujours un véritable contre-pouvoir, si une presse se finançant principalement par la publicité ou appartenant à des grands conglomérats industriels peut-elle toujours être objective, et comment favoriser l’indépendance journalistique et lutter contre la concentration économique dans les médias.

Mercredi 13 mars, 19h
Salle Thomas Owen – Rue du Chapelin 3-7 – 1070 Anderlecht

Age: dès 12 ans
Réalisation : Gilles Balbastre et Yannick Kergoat
Distribution : Epicentre Films
Prix: gratuit! Réservation souhaitée (02 528 85 00)

Les commentaires sont fermés