Réouverture des bibliothèques – Covid-19

Réouverture des bibliothèques – Covid-19

En Commission, j’ai interrogé la Ministre de la Culture sur la réouverture des bibliothèques de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Voici mon intervention :

Mme Isabelle Emmery – Madame la Ministre, fin avril, nous prenions connaissance de la circulaire relative au protocole du déconfinement progressif des bibliothèques. Pour nombre d’usagers et particulièrement pour les enfants qui ne reprendront pas directement le chemin de l’école et les étudiants, la reprise des prêts représente une mesure importante et utile pour leur épanouissement personnel, scolaire ou académique. On ne rappellera jamais assez le rôle social des bibliothèques qui mettent des ressources inouïes à la portée du public, y compris des personnes qui n’y ont pas accès par ailleurs. C’est dire notre attachement profond et répété à ce pilier de la démocratie culturelle.

Nous aurons l’occasion d’évaluer dans les prochaines semaines la manière dont les usagers et les bibliothèques vivent ce nouveau mode de fonctionnement. Entre-temps, permettez-moi de vous interroger sur quelques aspects, au lendemain de la réouverture des bibliothèques au public.

Sur la base des concertations et des contacts avec vos services, quel est le pourcentage des bibliothèques qui ont ouvert ce 11 mai? Certaines ont exprimé des craintes liées au rabotage du budget disponible pour l’achat de livres. Cette problématique a-t-elle été abordée lors de la concertation sectorielle et quelles sont les réponses ou les pistes apportées par le Service de la lecture publique face à cette inquiétude? En ce qui concerne l’installation des plexiglas et l’équipement en masques et en gel, pouvez-vous nous confirmer que l’ensemble des bibliothèques sont bien outillées? Avez-vous connaissance de difficultés particulières sur le terrain? De nouvelles collaborations sont-elles prévues entre les bibliothèques et les écoles, pour permettre d’assurer au mieux les missions de conseil et de médiation? À moyen terme, la crise que nous traversons devra-t-elle redéfinir les missions des bibliothèques prévues dans le décret?

Mme Bénédicte Linard, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes. – Madame la Députée, le Conseil national de sécurité (CNS) du 6 mai 2020 a précisé certaines modalités concernant l’ouverture des bibliothèques au public. Le secteur plaidait pour une réouverture progressive à partir du 11 mai. Le CNS recommande, quant à lui, une ouverture le 18 mai, le tout dans le respect des normes sanitaires en vigueur. Le conseil donné a donc été adapté en fonction de cette nouvelle actualité.

Concernant votre demande de quantification, je me permets d’attirer votre attention sur le fait que nous pouvons disposer de ce type d’information parce que les services organisent des enquêtes et parce que les opérateurs y répondent. À l’heure actuelle, le Service de la lecture publique, mais aussi les bibliothèques ellesmêmes, doivent gérer les nouvelles dispositions liées au confinement. Pour rappel, ces dernières n’ont jamais été fermées et ont dû organiser leurs services à distance. Je les remercie d’ailleurs pour la créativité dont elles ont fait preuve.

Concernant les équipements de protection, aucune demande précise ne nous est parvenue à ce jour. Les opérateurs ont toutefois été sollicités à cet égard lors des réunions de concertation organisées avec mon cabinet et destinées à mettre en place le déconfinement. Rappelons que la majorité des bibliothèques sont régies par un pouvoir organisateur public – une commune ou la province – et dépendent donc de facto des réflexions menées à ces niveaux de pouvoir, mais je reste évidemment attentive à ces réalités pratiques.

L’achat de livres est une obligation du pouvoir organisateur, que ce soit une commune, la province ou une ASBL. A priori, il n’y a aucune raison que les budgets d’achat de livres soient affectés par la crise, d’autant qu’il s’agit habituellement de budgets annuels. Rappelons que le renouvellement des collections est encadré par le décret du 30 avril 2009 relatif au développement des pratiques de lecture organisé par le réseau public de la lecture et les bibliothèques publiques.

Les collaborations avec les écoles seront évidemment adaptées, mais rappelons aussi que les écoles elles-mêmes connaîtront un rythme particulier jusqu’au 30 juin. Les collaborations se réinventeront en fonction des réalités sanitaires et au fur et à mesure, en bonne intelligence entre les bibliothèques, les bibliothécaires, les animateurs, les écoles et les enseignants.

Vos différentes questions nous permettent d’affirmer que les missions définies par le décret restent pertinentes, même, et surtout, en temps de crise, ce qu’ont d’ailleurs relevé les opérateurs eux-mêmes. Il importe de maintenir un accès à l’information, à la lecture plaisir et de déployer des pratiques de lecture pour le plus grand nombre, quitte à adapter la forme de celles-ci. C’est d’ailleurs ce qui est vécu sur le terrain, à de nombreux endroits.

Mme Isabelle Emmery – Madame la Ministre, je conçois que le processus de déconfinement soit progressif. Il nous faudra dès lors revenir sur toutes ces questions, sachant aussi que certaines dispositions prises pour travailler, pour offrir des services à distance devront sans doute être évaluées pour être éventuellement pérennisées dans le cadre de nouvelles pratiques. Je vous suis quand vous dites que les bibliothèques sont un outil extraordinaire pour rapprocher de la culture les publics parfois les plus éloignés ou qui ont moins de dispositions pour y accéder.

Les commentaires sont fermés.