Soutien à l’audiodescription

Soutien à l’audiodescription

J’ai interrogé la Ministre de la Culture au sujet de la systématisation possible du soutien à l’audiodescription en Fédération Wallonie-Bruxelles pour les films soutenus par le CCA.

Voici notre échange:

Isabelle Emmery – On nous annonçait ces derniers jours que 139 projets cinématographiques étaient soutenus, à hauteur de 9,5 millions d’euros, par la Commission de sélection du film. Cette commission est un élément important du soutien à notre cinéma et permet également davantage de qualité et de diversité.

Ma question porte sur la promotion et la diffusion de notre cinéma. Je la mettrai en parallèle avec une décision prise par la Région flamande d’accorder plus d’attention aux personnes malvoyantes qui fréquentent les salles obscures.

Ainsi, le Fonds audiovisuel flamand accordera annuellement pour ces projets cinématographiques –environ quatorze –un budget de 5000 euros supplémentaires. Celui-ci permettra de développer une application pour smartphone permettant aux personnes malvoyantes d’obtenir, à l’aide d’un casque, une description des éléments importants du scénario du film.

Que pensez-vous de ce nouveau système d’audiodescription facilitant l’accès des malvoyants au cinéma? Cette procédure est-elle transposable à notre Fédération et, dans l’affirmative, comment? Cette question me tient à cœur. En effet, nous devons, indépendamment du contrat de gestion de la RTBF, mener une réflexion sur ces nouveaux mécanismes d’accès.

Mme Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance.– Je partage votre intérêt pour ce soutien. Nous octroyons 3500 euros par projet à l’association Les amis des aveugles et malvoyants pour réaliser des audiodescriptions de films. Grâce au financement combiné octroyé par mon collègue, M. Marcourt, mon département et la RTBF, une audiodescription de l’ensemble de la nouvelle série de la RTBF, La trêve, va être réalisée. En outre, nous prévoyons déjà une subvention de 500euros par DVD de film en audiodescription.

Ce n’est pas suffisant. Au vu du nombre de films que nous produisons par an, une aide équivalente à celle de la Région flamande, qui est de 5000 euros par film, ne devrait pas être impossible. Comme nous avons indexé quelque peu le Fonds du cinéma, et même si nous ne pourrons pas tout faire en un an, il me semble opportun de nous diriger vers un système similaire. Il nous faut trouver les marges nécessaires, mais les montants ne sont donc pas impossibles à trouver.

Isabelle Emmery  –Je suis satisfaite des explications données par la ministre. Il est vrai que le développement des nouvelles technologies permet d’améliorer, à moindres frais, l’accès au cinéma des personnes malvoyantes. C’est un dossier à suivre, mais il me semble déjà bien avancé, ce dont je me réjouis.

Les commentaires sont fermés